2020 – 01/05 – Varkala – Études, Stage, Confinement, Nouveau projet de vie

Il était grand temps pour que rattrape mon retard, que j’écrive et que je poste le récit de ces derniers mois..

Après toutes les activités extra scolaires, j’ai dû reprendre les études sérieusement avant le début de ma deuxième mini retraite à la fin du mois de février. J’ai pu être beaucoup plus sérieux avec mes études et j’ai bien progressé. Le festival Murugan a eu lieu et j’ai visité des temples à l’extérieur de Varkala, j’y ai apprécié des expériences très puissantes qui font partie intégrante de ce festival qui continue de m’impressionner.
A part ça, il ne s’est pas passé grand-chose d’autre, j’étais vraiment dans mes études et bien sûr la plage. J’ai vu moins de Thangal et son fils.
Fin février, j’ai eu un petit groupe de deux pour la retraite, un Français qui n’avait jamais pratiqué le yoga, et un Australien qui avait plus de 20 ans de pratique, ça allait être intéressant et définitivement stimulant. Tout s’est très bien passé, j’ai pu proposer une pratique adaptée et évolutive qui a permis à tous les deux d’apprécier ce que j’avais à offrir. Nous nous sommes également très bien entendus et nous avons passé de bons moments en dehors des temps de pratique. Les commentaires que j’ai reçus étaient vraiment gratifiants et m’ont fait beaucoup de bien. J’aime vraiment recevoir des commentaires constructifs et encore plus lorsque mes efforts sont remarqués et que la qualité et l’authenticité que je mets dans mon coaching et mon soutien sont appréciées.
Quand ce fut terminé c’était le début du mois de mars, je devais me remettre derrière le bureau et l’écran d’ordinateur pour continuer mes études. Dans le même temps, la situation du Covid était bien active en Italie, s’étendant à la France et bientôt l’Inde suivrait et les fermetures de frontières et le confinement seraient appliquées partout. Mon plan initial était de me rendre à Rishikesh mi-mars, puis de retourner en France mi-avril. Au début du mois de mars, j’ai annulé cela, même si tout était très minimisé en Inde qui était dans le déni et un agenda politique très chargé. Quoi qu’il en soit, mi-mars, l’Inde a annoncé que le verrouillage complet serait appliqué à partir du 22, j’étais très heureux d’être resté à Varkala, où j’étais sain et sauf, dans les meilleures conditions possibles.
La façon dont le Kerala traitait la situation semblait bonne, travaillant sur la recherche des contacts pour chaque cas et isolant chaque cluster dès qu’il apparaissait. Il y avait dans les phases initiales une approche de chasse aux sorcières, blâmant les étrangers et ici à Varkala, le premier et le seul cas devait être un Italien, donc pendant quelques jours tous les étrangers ne se sentaient pas les bienvenus, mais bien intégrés dans mon quartier, il n’y avait aucune tension. Dans d’autres régions de l’Inde, il s’agissait apparemment d’un scénario plus brutal et certains touristes en ont souffert. Il y avait aussi des reproches entre les différentes états, le Kerala avait été le premier à avoir des cas de Covid et avait été pointé du doigt par beaucoup d’autres états du pays, mais can fur et a mesure que d’autres cas sont apparus dans de nombreux autres endroits et dans les grandes villes, le focus s’est déplacé et au final le Kerala se révèle être l’une des zones les moins touchées et a le meilleur bilan de récupérations et de loin le moins de décès. Localement, aucun autre cas n’est apparu à Varkala à l’exception de l’homme italien.
Le confinement ici est très agréable, tout est fermé, les gens restent à la maison, plus de circulation, pas de bruit, pas de festivals de temples, juste le bruit des oiseaux. La mer est devenue moins agréable et cela coïncidait avec mon besoin d’étudier alors j’ai arrêté d’aller à la plage pendant quelques semaines. La mer est maintenant plus calme, j’ai recommencé à y aller tous les jours le matin. Le climat est plus humide et collant, j’ai besoin d’utiliser les ventilateurs mais il y a des orages, et ces derniers jours, c’est quotidien, ça rafraîchi et arose le jardin sur lequel j’ai beaucoup travaillé, j’ai fait de nombreuses boutures et multiplié les parterres de fleurs, et j’ai également beaucoup défriché, nettoyer..
J’étais également impliqué dans certaines connexions et activités en ligne lorsque les horaires coïncidaient, j’ai également fait une série de vidéos de pratiques de yoga publiées sur ma chaîne YouTube. Un bon moyen de rester en contact et de partager avec des amis et la communauté queer des fées à laquelle j’appartiens.
Thangal a construit les murs d’une petite chambre de plage, indépendante, à côté de sa maison. Il l’a fait à l’aide de bouteilles en plastique remplies de sable. Il lui reste à poser le toit, mais les conditions de confinement ne lui ont pas permis d’obtenir le bois nécessaire pour cela, j’espère qu’il pourra le poser avant les grandes pluies de la mousson qui devraient commencer en juin. Le confinement est maintenant dans sa 3ème extension et cette période devrait se terminer le 17 mai, cette semaine plus de magasins sont ouverts, plus de gens se déplacent. L’Inde a également commencé à rapatrier de l’étranger car elle avait complètement bloqué jusqu’à présent tout afflux de personnes. En ce qui concerne la possibilité de quitter le pays, certains vols de rapatriement ont été organisés, mais ceux-ci partaient principalement de Delhi ou de Mumbai, la seule option pour s’y rendre en ce moment est par la route, ce n’était donc pas une option. J’espère que certains vols commerciaux commenceront au cours de la seconde moitié de mai ou au début de juin. Il est inutile de faire des réservations maintenant car c’est encore si incertain.
Cette période a également été une période de réflexion sur les possibilités futures dans un monde traumatisé, d’une part nous ne sommes pas encore à l’abri des risques liés à ce virus et il semblerait que cela ne se résoudra pas tout de suite, il va falloir apprendre a vivre avec, Il va également avoir a gérer le contrecoup économique au niveau global mais également de façon personnelle, beaucoup de choses à prendre en compte.
J’ai donc pensé et en fait cela fait plusieurs années que j’essaye de rendre ma vie plus cohérente mais ici en Inde il n’y a pas vraiment de moyen pour moi de construire un projet. Cela ne remet pas en cause la beauté de l’endroit et le fait que c’est vraiment un luxe de pouvoir y passer son hiver. Je dois admettre que ma vie en ville ne m’est vraiment agréable que parce que j’y gagne de l’argent et cela me permet de venir en Inde et de fuir à la campagne. Compte tenu de tout cela, je suis arrivé à la conclusion qu’il était temps pour moi de travailler sur un projet de vie à la campagne, mon petit ashram, le Queer Ashram Project. Ce matin, j’ai ressenti le besoin de rédiger les grandes lignes du projet et de les mettre en ligne sur une plateforme de crowdfunding pour que mon idée soit là, ma graine serait plantée pour pouvoir travailler sur ce nouveau projet, une vie cohérente proche à la nature. Bien sûr, cela signifiera que mon «projet en Inde» est terminé, que je dois tourner la page, que je devrai me réhabituer au froid. Nous en avons parlé à plusieurs reprises avec Thangal pendant de nombreuses années, probablement depuis notre rencontre, nous avons essayé de rêver d’un projet ensemble mais il avait son propre projet de vie, sa famille et investir en Inde est trop complexe, risqué. L’Inde se développe également beaucoup, Varkala se développe beaucoup et même si l’endroit est incroyable, il n’est pas vraiment cohérent avec mes aspirations profondes. Alors maintenant, j’attends de rentrer chez moi, je profite des derniers instants ici, je vais préparer des boîtes qui pourront m’être envoyées à une date ultérieure et me préparer à ne probablement pas revenir, transmettre le reste de mes affaires ici à Thangal. Je veux repartir heureux et reconnaissant pour tout ce que cet endroit et les gens que j’ai rencontrés ici m’ont donné. J’ai tellement appris sur moi-même, sur la nature, ma nature, cela m’a transformé.
Bien sûr, l’avenir n’est pas encore écrit et les choses sont en évolution mais je dois penser de cette façon si je veux me libérer et me concentrer sur mon nouveau projet de vie, The Queer Ashram Projecthttps://www.okpal.com/the-queer-ashram/#/

Retour en haut de page
×