2019 – 11/12 & 2020 – 01 – Varkala, retour à ma maison d’hiver

Thangal, sa femme et son enfant sont venus me chercher à l’aéroport de Trivandrum, il avait acheté une petite camionnette et tenait à en faire bon usage. J’étais très heureux et de les voir et d’avoir été accueilli de la sorte. Mussafir, son fils, bientôt âgé de 2 ans, était beaucoup plus sociable, il semblait moins effrayé par les étrangers.

Le déballage, l’installation dans ma maison a pris quelques semaines, j’ai fait repeindre deux pièces, celles qui étaient encore dans leur état d’origine, une couleur glauque que j’appellerais bleu suicide. Avec la nouvelle peinture aux murs des couleurs vives et heureuses, la maison était accueillante, j’ai pu installer ma salle d’étude dans la pièce à l’avant de la maison. Le sol du toit, terrasse me posait des soucis, son état était limite, un béton sans finition, un sol grumeleux, qui retenait les poussières et la saleté. J’avais beau le nettoyer il n’était jamais propre. Il y’a deux ans j’avais repeint mais cela n’était pas suffisant. Je souhaitais le faire cimenter, j’ai fait faire des devis et j’ai consulté le propriétaire de la maison pour qui cela n’avait aucune valeur, son seul souhait était d’augmenter le loyer. De toute façon je n’avais pas le temps de réaliser les travaux avant le début du premier stage, cela me laisserait le temp de réfléchir et de décider de payer pour ces travaux, somme toute assez raisonnables et de négocier une augmentation de loyer minimal pour la saison prochaine.

Pendant ce temps, Thangal et moi avions découvert un très beau bassin de baignade pas trop loin de Varkala, où l’eau était très propre. Nous y sommes allés régulièrement et avons pris Mussafir avec nous pour qu’il s’habitue à la baignade et appréhender la flottaison. Je lui ai acheté une chambre à air de scooter pendant que nous attendions la livraison d’un ensemble complet de brassards et d’un support de poitrine pour flotter. Avec cela, il a pu commencer à se baigner dans l’étang. Il a adoré et en peut de temps a accepter de flotter.

Le premier stage de la saison allait commencer, il fallait terminer les installations à la maison et poser des nattes sur le sol du toit pour pouvoir y donner les cours de yoga.

Cette année il y avait 4 participants, pour deux d’entre eux, des habitués, ils venaient à Varkala pour la 4eme fois, pour l’un d’entre eux c’était sa deuxième participation, ce qui laissait la place pour un dernier, novice de mes stages et de l’Inde. Ils avaient opté pour la maison d’hôtes bon marché, aucun petit déjeuner n’était inclus, Thangal et sa femme ont accepté de s’occuper de cette intendance et de servir le petit déjeuner chez moi après le cours du matin. Tout s’est bien passé, ils se sont tous très bien entendus et ont apprécié les cours et les moments passés ensemble. Trois d’entre eux ont poursuivis leurs vacances dans le nord de l’Inde, visitant Varanasi, Khajuraho et Agra. Ce qui n’avait pas été prévu était les conditions météorologiques. En effet , une vague de froid s’est abattue sur le nord de l’Inde accompagnée de brouillard. Cela a un peu entaché leur séjour et plus particulièrement à Agra où le Taj Mahal n’était pas visible, caché par le brouillard.
Le stage terminé, noel approchait, l’eclipse solaire également. Au niveau de mes études j’avançais doucement. Pendant le stage, je me levais la nuit pour étudier quelques heures, puis de nouveau dans la journée parfois, c’était une lourde charge. Le programme d’études que je dois suivre est composé de 17 matières, je progresse une par une, cela prend beaucoup de temps, je ferai de mon mieux pour en compléter le plus possible pour l’examen de juin mais je devrai peut-être en mettre de côté pour la période d’examen de septembre. J’aimerais pouvoir aller plus vite mais le cerveau a ses limites de concentration et de capacité d’apprentissage et cela serait en fait contre productif que de vouloir forcer l’apprentissage. Je remarque quand meme que mon rythme d’assimilation augmente au fil du temps car les concepts commencent a se recouper entre les divers sujets et mon esprit devient peut être plus aiguisé, mais cela reste lent.

Avec tout cela Noel est passé et l’eclipse est arrivé avec fracas. J’ai été pris dans un petit tourbillon que je n’avais pas prévu et j’ai é »té très affecté par cette eclipse. Un ami des fées radicales qui devait me rendre visite vers le 10 janvier a débarqué du jour au lendemain le jour de l’éclipse. Une autre personne a eu besoin de mon aide pour trouver un hébergement la veille. J’avais prévu d’être au calme et méditait, la réalité a été toute autre. Cette eclipse était visible ici au sud de l’Inde et le spectacle a été fabuleux. Elle n’était qu’a 90% mais elle était bien visible et surtout je l’ai sentie au plus profond de moi , cela m’a fait rentrer un peu dans ma coquille, un peu renfermé ou toit du moins un désir de solitude que je n’avais pas. Mon ami est reparti vers Pondicherry 10 jours plus tard, j’ai pu retrouver mon espace et me préparer pour la pleine lune qui allait aussi être une éclipse, lunaire cette fois-ci.

Entre temps nous étions retournés à l’étang mais le niveau de l’eau était bas et aucune eau fraîche n’y entrait. Ce n’était plus si propre. Un homme là-bas nous a parlé d’un autre endroit, une carrière où des lacs s’étaient formés dans les rochers. Nous y sommes allés et avons adoré ce nouvel endroit. Un bel endroit pour se baigner et aussi pour méditer ainsi que voir le coucher et elle lever du soleil et se faire curer les pieds par les petits poissons. Nous y sommes retournés beaucoup. 

Mon ami reparti je pouvais avancer avec le projet du cimente du sol du toit. Tout s’est fait rapidement, la  livraison du sable (une quantité immense) que nous avons dû hisser sur le toit. Quelques jours plus tard, l’équipe de maçons a fait son travail en une journée. J’en ai profiter pour aussi faire refaire la dalle à l’arrière de la maison. Depuis il faut arroser le ciment, un processus de 7 jours ou le ciment doit être maintenu humide pour que le processus puisse se faire et permettre au ciment d’être dur et solide et éviter des fissures. J’ai du recouvrir le plus de surface de draps pour que l’humidité se maintienne et que l’évaporation soit limitée. Au niveau de la finition ca a l’air pas mal du tout, il y a quelques petits endroits bâclés et ratés mais c’est minime et surmontable et l’effet global est juste parfait et un millier de fois mieux que ce que c’était. Il ya une finition lisse de couleur rouge qui est d’usage ici, j’ai hate de découvrir le rendu, ce sera dans 3 jours, je pourrais retirer les draps et voir l’ensemble, aménagé de nouveau l’espace et en profiter.

J’ai encore deux mois ici et le prochain stage commence dans un mois, je veux pouvoir profiter pleinement de ces moments et être au calme.

Retour en haut de page