2019-04 Rishikesh, du travail, de la détente

Alors que ce voyage et la saison indienne se terminent, ma réflexion sur cette nouvelle aube en cette nouvelle période lunaire consiste à m’écouter davantage et à accepter de ne pas faire. Je me retire dans ma chambre, à l’ombre, en dehors des cours, du soleil, de la plage et je réfléchi ou non et si possible je me focalise sur l’instant présent. De l’extérieur, cela doit ressembler à de très longues vacances dans certains des plus beaux endroits de l’Inde, mais je peux vous assurer que de l’intérieur c’est en grande partie du travail. C’était moins émouvant et traumatisant que les saisons précédentes, tout s’est formidablement bien déroulé, mais il y a eu beaucoup de préparation, d’organisation pour être prêt à prendre soin, de guider et accompagner de nombreux invités tout au long de la saison. Les commentaires reçus m’ont confirmé que j’avais trouvé la bonne recette et le bon équilibre. Le facteur clé était que je devais prendre du recul, ne pas trop m’impliquer, protéger mon intimité et laisser les choses se passer, donner une chance au temps et prendre autant de repos que possible. J’avais appris de mes expériences et j’ai trouvé mon harmonie.
J’ai atteint Rishikesh avec l’espoir que le Gange adoucisse mes émotions et m’aide à me préparer à rentrer chez moi.
J’ai eu la chambre que je voulais, une chambre simple dans une maison d’hôtes simple dans un quartier calme. Rishikesh peut être bruyant et poussiéreux et il est essentiel d’avoir de la tranquillité.
J’ai passé mon temps à aller à des cours de yoga, parfois un, deux ou aucun par jour. J’ai commencé avec Ekta puis avec Usha à l’école Omkarananda Iyengar l’après-midi, et j’ai complété cela avec Asish certains matins et du Yin Yoga le dimanche. Tous ces enseignants offrent un enseignement et une pratique de style «master class». J’ai beaucoup appris et, bien sûr, cette pratique a rendu mon corps plus conscient, souple et fort. Je devais aussi finaliser mon bulletin d’information et mes offres pour la saison à venir, qui débute dans quelques semaines seulement. J’ai beaucoup planifié avec des ateliers et des programmes de formation. Je suivrais également une formation sur la méthode d’entraînement abdominal De Gasquet, ce qui me permettra de proposer ensuite des ateliers et d’inclure ces exercices dans ma pratique. Je me suis aussi inscrit à Folleterre sur des programmes et thématiques variées. Je vais donc être occupé à la fois sur le plan personnel et professionnel et je pense que cela va continuer dans les années à venir. Toute cette réflexion, cette planification et cette verbalisation, cette communication ont occupé mon esprit et pris du temps a se mettre en place, à écrire, à communiquer.
Maintenant, à quelques jours de mon vol de retour, la plupart des choses étant faites, je prends un peu de repos et commence la préparation mentale pour rentrer dans ma vie parisienne. J’ai de nombreux projets pour la saison indienne à venir, commençant probablement par un temps dans l’Himalaya occidental et peut-être au Ladakh en octobre, puis par la saison d’hiver complète à Varkala avec des retraites déjà programmées et déjà suscitant intérêt et réservations. Cela se terminera à Rishikesh par une pratique de yoga intensive avec Usha pour laquelle je me suis déjà inscrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page
× Whatsapp