2019-04/10 Ma saison française

Je suis rentré chez moi à Paris et je suis allé directement à Folleterre passer une semaine sur la terre magique pour la semaine de travail communautairte. Ce fut un moment merveilleux. J’ai adoré travailler sur le terrain de différentes manières: creuser l’étang, planter des arbres fruitiers, nettoyer les toilettes, travailler au compostage, changer les vannes d’eau et travailler sur la nouveau réservoir d’eau. L’équipe de fées de cette semaine a été formidable et nous avons tous travaillé à l’unisson comme des licornes éclairées. Je suis ensuite retourné à Paris et j’ai repris mes cours de yoga, riches des connaissances et des apprentissages que j’avais acquis grâce aux pratiques suivies à Varkala et à Rishikesh. Mes étudiants étaient là, motivés et j’étais heureux de les voir. Mon activité de massage a également repris  sous les nouvelles dimensions que j’avais prévues, et les ateliers que j’avais définis se sont remplis. J’ai suivi le programme de formation pour les  abdominaux, et j’ai grace a cela mis en place un atelier dédié a ce renforcement. Ceci s’est fait en parallèle aux cours de massage et aux autres ateliers liés directement au Yoga. J’avais des participants pour toutes les activités et les retours étaient encourageants. J’étais tellement heureux que le temps que j’avais passé à réfléchir pendant l’hiver m’avait permis de mettre tout cela en place et que la mise en place se déroulait sous les meilleurs auspices. Néanmoins, j’avais toujours un point qui tracassait mon esprit. Je voulais me donner une vision plus avancée et je devais réfléchir pour les  5 à 10 ans à venir. C’est à ce moment-là que j’ai décidé d’essayer de réintégrer un programme universitaire pour étudier la psychologie. Cela semblait être un bon plan pour mon avenir. Cela pourrait non seulement donner une nouvelle dimension à mes activités, mais cela était  cohérent avec le chemin que je suit depuis 2010. J’ai d’abord dû rassembler mes documents pour pouvoir postuler. Cela a pris plus d’un mois, car j’avais besoin d’obtenir mes documents de l’université britannique ou j’avais fait mes études il ya fort longtemps et les faire authentifier et valider l’équivalence pour la France. J’ai pu déposer mon dossier complet dans les temps, celle-ci a été approuvée et une place m’a été accordée. C’était pour le cours universitaire standard dans un programme universitaire d’études à distance afin que je puisse suivre le cours en Inde et continuer mes activités tout en étudiant. Au même moment, j’avais travaillé sur le projet de voyage pour mon ami Philippe afin de lui faire une proposition de voyage en Inde à la fin du mois d’octobre. Il a accepté ma proposition, j’étais ravi. Ce nouveau voyage nous mènerait à Manali et au Rajasthan. Manali serait ma première fois, j’avais tellement entendu parler de cet endroit que je voulais vraiment le découvrir. Le Rajasthan serait ma troisième visite et j’avais hâte de faire découvrir à Philippe cette magnifique et magique région de l’Inde. Pour ce voyage, j’avais pris le plus grand soin de trouver des joyaux pour nous accueillir, afin que ce soit à nouveau un voyage mémorable et inoubliable pour nous deux. Une fois de plus, je me suis senti si chanceux de pouvoir  partager ma passion pour l’Inde et en être l’organisateur et le guide. En ce qui concerne les stages de yoga, j’avais publié les détails et cela commençait a susciter de l’intérêt et des réservations. J’organiserais deux retraites de yoga pour hommes cet hiver, un en décembre 2019 et un autre en Février 2020. Sur un plan plus personnel et familial ma mère a eu a gérer un soucis de santé assez grave. Ces dernières années, il y avait des tensions entre ma mère et moi, c’était un problème pour nous deux. Cette nouvelle situation a pacifier nos relations, nous a aidés à nous réunir à nouveau et, d’une certaine manière, j’en suis reconnaissant. J’ai également poursuivi mon activité de bénévolat auprès de l’association Basiliade et j’étais à nouveau présent au festival Solidays de trois jours à la fin juin, ma quatrième participation. Inutile de dire que le début de cette saison parisienne avait été extrêmement chargé, j’étais prêt pour une pause dans la forêt. J’avais prévu d’aller à Folleterre le 12 juillet et j’ai décidé d’y rester jusqu’à la fin du mois de juillet pour participer à une autre semaine de travail communautaire ainsi qu’à l’assemblée annuelle de l’association. C’était merveilleux d’être de retour là-bas, la première semaine a été consacrée au dieu Pan. Inutile de dire qu’il y avait beaucoup de jeux dans la forêt, de tambours, de danses nues autour du feu et bien plus encore. Une bonne ambiance et une synergie de groupe. La semaine de travail communautaire qui a suivi a été quelque peu différente et j’ai été heureux de faire équipe avec des fées que j’apprécies particulièrement et de travailler dans un petit groupe uni pour le montage de la  nouvelle structure de toilettes. Nous avons pu terminer le montage avant le déluge qui a suivi la canicule. Des questions de décoration sont apparus, cela nous a semblé tellement futile que notre motivation a été cassée et nous avons arreter d’avancer sur le projet. De plus, au cours de cette semaine ou nous sommes tous censés être sur le terrain pour travailler et améliorer les lieux, beaucoup n’étaient pas là pour les mêmes raisons. C’était la fin du mois de juillet après tout, c’était donc une atmosphère de camp d’été, celle que je n’apprécie pas particulièrement à Folleterre. Nous nous préparions également pour l’assemblée générale annuelle et le sujet du financement du projet portugais ainsi que d’autres sujets délicats allaient être discutés. Cela signifiait qu’il y avait de la politique et du lobbying dans l’air, cela n’a pas aidé a me faire me sentir à mon aise. J’y ai passé près de trois semaines, c’était le plus long séjour que j’y ai passé en une fois. J’avais vécu de grands moments et des moments plus difficiles. Tout cela avait contribué à ma progression, j’étais heureux, il était temps de rentrer chez moi en ville et de profiter du calme de Paris au mois d’août. Août s’est très bien passé, c’était calme et mes activités se sont bien déroulées. Le mois de septembre n’était pas très bon, même si les cours de yoga étaient assez complets, le secteur des massages n’est jamais excellent en septembre. Je vais devoir  m’en souvenir pour la saison prochaine et m’adapter à cette tendance. À la fin du mois de septembre, il était temps de commencer à préparer mon départ pour la pause hivernale en Inde. J’ai donc fait quelques bilans de santé. Je me sentais un peu fatigué depuis un moment, mais je n’y avais pas trop réfléchi. J’avais une activité quelque peu réduite et faisais de nombreuses siestes pour vaincre la fatigue. Pour être honnête, même au cours de l’hiver précédent, j’avais fait beaucoup de siestes et je m’était beaucoup reposé, était-ce normal? J’ai utilisé les contrôles médicaux pour en savoir plus. Le résultat était que j’avais une grave carence en vitamine B12 ainsi que des bugs intestinaux divers. Ces deux-là choses se sont sans doute développés en moi depuis un moment et expliqueraient ma fatigue. Quelques semaines après le début de ma nouvelle supplémentation en vitamine B12 correctement dosée, je me sentais déjà beaucoup mieux. Le traitement contre les microbes et amibes a commencé à faire effet, j’ai ressenti de grandes améliorations, dans mon ventre et ma digestion, mais aussi au niveau de la peau de mes pieds. Depuis deux ans, j’ai la peau très sèche sur les pieds et des zones touchées par des plaques d’eczéma. Depuis le debut des traitements intestinaux, les démangeaisons se trouvaient réduites, les plaques allaient elles disparaitre ? Est-ce que tout est lié? Je n’ai pas toutes les réponses, mais c’est prometteur. C’est formidable de ressentir cela, après avoir accompli tant de choses sur les plans personnel et professionnel. Je suis prêt pour les nouveaux débuts que je me suis fixés et prêt à accueillir toutes les choses que je n’ai pas planifiées. C’est le temps pour l’Inde une fois de plus.

Retour en haut de page