2018-12 Varkala, instalation et stage Exemplaire

• Nous sommes le 29 Décembre et je trouve le temps et l’inspiration pour reprendre l’écriture. Jean a quitté Varkala dans la nuit, c’était sa quatrième visite à Varkala, il avait décidé de prolonger son séjour au delà du stage de yoga. Je me retrouve à nouveau seul mis cette fois sans agenda, sans pression, sans aucune obligation vis à vis de qui que ce soit à par moi. Je suis arrivé à Varkala le 12 Novembre il y a 7 semaines, j’ai eu le temps m’installer, j’ai l’impression que le moment de savourer est arrivé. La maison que je loue depuis maintenant quatre ans était pimpante a mon arrivé, le propriétaire avait fait repeindre l’extérieur, ainsi que les fenêtres et les portes, ne me restait plus qu’a me décider pour faire repeindre la cuisine et sans doute d’autres pièces intérieures pour me sentir dans une maison fraiche et embellie. Le déballage de mes affaires a pris quelques jours, les drapeaux de prière achetés à Kallimpong étaient arrivés, j’ai pu commencer l’installation du toit et et des toiles permettant de bloquer les vis à vis. Les drapeaux étaient parfaits et en nombre suffisant, mon ami Vibhu m’a aidé a tendre les bâches en extérieur, sur les cocotiers, l’espace de la terrasse est ainsi beaucoup plus aéré et plus ouvert sur la nature et les arbres du jardin. Pour l’intérieur, j’ai choisi les couleurs et décidé que la pièce centrale et la cage d’escalier seraient aussi repeint, les peintres ont pu venir quelques jours plus tard et ont pu aussi repeindre l’entrée, deux couches en une journée, le samedi soir tout était fini, je pouvais commencer a installer la cuisine et passer plus de temps à préparer la plage. Oui la plage doit être préparée, du nettoyage mais aussi découper des passages et des espaces d’ombres. La plage est assez envahie par des cactus, souvent au détriment d’autres arbres plus beaux. J’avais entamé le débroussaillage d’une grande parcelle l’année dernière pour donner de l’espace pour un amandier. Ce travail a été fructueux, l’amandier s’est développé et a pris son essor. J’ai poursuivi le travail sur cet espace et dégagé le côté qui restait inaccessible, bloqué par les cactus. J’ai aussi dégagé les accès aux sources d’eau ainsi que deux autres petits espaces d’ombre. Le nettoyage d’une partie de la plage n’était pas non plus une mince affaire, beaucoup de détritus en tout genre jonchent la plage qui n’est ni entretenue ou nettoyée par personne. Il faut collecter les détritus et les emmener au bout de la plage ou j’en dispose dans un trou au bout de la rue d’accès à la plage en espérant que la municipalité s’en occupe a un moment ou un autre et en attendant. Pour faire cela j’ai un sac fabriqué par un pêcheur en maille de filet de pêche qui s’agrandit à l’infini, au fur et a mesure qu’il se remplit, le sable peut aussi s’échapper par les mailles. Ces travaux sont physique et prennent du temps et de l’effort et cela a du me prendre au moins dix bonnes matinées pour que tout soit prêt. Mon espace d’ombre est superbe et permet d’accrocher cinq hamacs, ma machine à coudre a fait un tour à l’atelier pour une remise en état, j’ai pu confectionner deux hamacs supplémentaires. Cet espace cours le long de la falaise, l’eau ruisselle, la végétation est belle, des poussent en tout genre on pu se développer depuis que les cactus ont étés retirés et que de la lumière arrive maintenant dans cet espace. Je vais pouvoir en profiter quelques jours avant le début du stage avec un étudiant rencontré à Pondichéry qui est venu me rendre une petite visite. Entre temps j’ai commandé et reçu mon vélo électrique, remis en état mes trois vélos conventionnels, j’en laisse deux à disposition des enfants du quartier qui sont très demandeurs, un peu envahissants et pas très attentionné au matériel que je leur prête. La semaine dernière j’ai décidé d’arrêter de réparer les vélos, et quelques outils ayant disparus de mon garage, j’ai aussi décider de ne plus prêter mes outils ainsi que la pompe à vélo aux enfants. J’ai pu leur expliquer calmement ma décision, ils sont déçus mais comprennent qu’ils ont cassé leur jouet et qu’il ne sera pas réparé. Cela ne m’a pas empêcher de faire le distribution des gâteaux de noel à presque toutes les maisons, soit 20 gâteaux familiaux. Les allez et venues des enfants et leur demandes d’aide et de réparations sont dorénavant terminées, je suis au calme dans ma maison. Mon ami Thangal a remis en état le store de mon garage pour qu’il s’ouvre et se ferme efficacement, les vélos, les outils J’ai retrouvé Thangal la première semaine de mon retour. Notre relation avait beaucoup souffert l’année dernière et j’était soulagé que cela se passe très bien pour cette nouvelle saison, nous sommes à nouveaux de bons amis même si notre relation a bien évidement changée. Il a poursuivi les aménagements de sa maison à la plage, avec une salle de douche et des toilettes, un poulailler avec poules et coqs, une chèvre et une vache qui s’est ajouté la semaine dernière. Son fils à un an et quelques dents, nous passons de bons moments ensemble. Retour à ma maison ou j’ai fait quelques plantations, certaines boutures faites l’an dernier ont tenus, ca fait plaisir. Avec tout ca, presque trois semaines ont filées à vitesse grand V. Il me reste alors plus qu’une semaine avant l’arrivée des stagiaires, je n’ai pas grand chose à préparer car je m’appuie complètement sur un resort. Le logement, le petit dejeuner et les cours se passent dans son enceinte. Je ne prends pas en charge les repas et je n’assure que les réservations pour les massages et bien sur j’assure un cours de yoga tous les matins. Tout se présente très bien jusqu’a la veille de la première arrivée ou je découvre que l’espace de pratique de yoga, le toit du resort, a été réservé par un autre groupe pour exactement les mêmes dates et que le manager semble complètement perdu avec les réservations de chambre. Je garde mon calme, le toit de ma maison est disponible et est une bonne solution de repli. Concernant les chambres je le laisse se débrouiller, je vais à la plage pour essayer de me détendre. A mon retour le manager m’annonce que les personnes de mon groupe seront logés dans des chambres d’un meilleur standing que celui réservé, je suis soulagé. En ce qui concerne l’espace de pratique, ils insistent que je regarde un espace appelé la plateforme qui se trouve dans un autre endroit près du restaurant ou est servi le petit déjeuner. Je découvre cet espace qui surplombe l’océan, il est à l’ombre jusqu’a 9h30 et est très privatif, c’est bien mieux que le toit, tout est bien mieux que prévu, il ne reste plus qu’a accueillir les participants et faire le stage. Les arrivées se font sans heurts, 3 des stagiaires sont des récidivistes et les 3 autres viennent en inde pour la première fois. Au niveau pratique de yoga, 5 viennent à mes cours à Paris et le 6em, il accompagne son mari et est novice en yoga. Le stage se déroule bien, j’adapte la pratique aux niveaux et compétences et j’essaye d’apporter des précisions et des améliorations dans la pratique de chacun. Je propose deux sessions de méditation guidée le soir ainsi quelques excursions. Les stagiaires se font masser régulièrement, les journées se remplissent sans effort, le temps file, le stage avance et se termine, tous ont l’air content de leur stage, de leur séjour, de leurs expériences ici. Pour ma part je suis ravi de la formule que j’ai trouvé et mis en oeuvre, la collaboration avec le resort s’est très bien passé, j’ai pu me libérer de beaucoup des contraintes, obligations et tracas des années précédentes et la qualité de la prestation est je pense bien meilleure dans son ensemble. Je suis confiant de pouvoir proposer cette formule pour les années à venir. Après le stage, Gilles et Jean ont décidés de prolonger leur séjour, Gilles veut découvrir un peu plus du Kerala, je lui ai proposé un itinéraire, Jean reste à Varkala mais nous souhaitons tous les trois visiter la biennale d’art moderne de Fort Kochi. Gilles part en éclaireur par la voie fluviale pour découvrir le décor unique des backwaters, Jean et moi suivons le lendemain par le train avec la valise de Gilles. Nous passons deux jours ensemble a visiter les différents sites et expositions et profitons des bons cafés et restaurants de Fort Kochi ainsi que les boutiques pour nous acheter quelques chemises et kurtas. Nous y retrouvons un autre ami commun qui sejourne à Kochi avant de donner un stage de chant à Kottayam, ça fait plaisir de se retrouver et de partager nos expériences. Après une nuit à Kochi et une deuxième journée à faire les expositions, Jean et moi retournons à Varkala qui nous manque déja. Gilles y passera encore une journée avant de prendre la route pour les plantations de thé de Munnar et de redescendre prendre son avion de retour dans la foulée. Jean profite encore de quelques jours à la plage a ne pas faire grand chose avant de repartir pour Paris pour la fin d’année. Me voici donc en plein préparatifs pour cette fin d’année … lol, non pas vraiment. Je ne suis pas un fêtard et je me sent assez calme et j’ai juste envie de prendre le temps. Au niveau physique je dois reprendre un rythme de pratique et renforcer a tout prix mes abdos et mon dos car j’ai ressenti quelques signes au niveau de mes lombaires et je n’oublie pas que la raison pour laquelle j’ai commencé le yoga était suite à un lumbago et que l’IRM montre un tassement de vertèbres lombaires. Mon manque de pratique personnelle suite a mes soucis de poignets et le fait que quand je donne des cours je m’occupe de mes élèves et pas de moi et au contraire je ne maintien jamais les postures en faisant les démonstrations et les corrections, et que je ne fais quasiment jamais les postures restauratives. J’ai mis en place une série de postures spécifiques à ma problématique, j’en suis à cinq jours de pratique continue et je sens les effets, maintenant il faut que je poursuive cette pratique au quotidien et que au fur et à mesure de mon renforcement je pourrais ajouter d’autres postures à cette série. Pour cette fin d’année je suis très content de moi, des divers choix que j’ai pu faire, des expériences que j’ai pu vivre et faire vivre aux autres. Pour la nouvelle année j’ai pas mal d’ambitions et le sentiment que je vais être beaucoup plus actif et créatif et peut être élargir mes compétences et mes expériences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page