2018-11 Calcuta

Je suis rentré seul à Kolkata, l’ami que j’accompagnais est rentré en France. Mon style de voyage a changé, plus de temps, plus pour moi, je reprends mon rythme. Je me sens assez fatigué, il est temps de me reposer, de me reconnecter. Je n’ai pas prevu grand chose et le peu que j’ai prévu je l’ampute au maximum et reviens a l’improvisation et à l’écoute de moi, de mes envies et de mes humeurs. Je n’ai pas annulé mon rdv avec les lutteurs ce lundi, ni de la visite de la famille de Rahul en banlieue. J’ai également récupéré ma commande de langotas. La ville est en effervescence avec les préparatifs pour Diwali, la fete des lumieres. Le protocole est d’abord de ranger et de faire le neuf à la maison, puis d’acheter des nouvelles choses et de l’or, puis de celebrer et se faire des cadeaux.  Les marchés sont un chaos de produits et de clients et de livreurs, ca deborde de partout. À Calcuta, Diwali se juxtapose avec Kali Puja, cette déesse a des côtés un peu sombre et macabre, elle hante les champs crematoires et combat le mal. Il y a des nouveaux Pandals pour accueillir Kali, ils sont d’un style simple.  Je ne suis pas vraiment sûr de ce qui va se passer, c’est mon premier Diwali en Inde, je pense qu’il va y avoir beaucoup de pétards demain soir et ce soir des rituels religieux dans les temples et les pandals de kali. Diwali est le retour de Ram avec son épouse Sita dans la ville d’Ayodhya en provenance de Lanka où elle était retenue captive par Ramana. Hanuman montre la voie et, comme il n’y a pas de lune, il demande aux gens de l’éclairer. C’est le victoire du bien sur le mal, un renouveau, l’annonce d’une nouvelle saison, c’est un peu la nouvelle année.  Pour Kali Puja je ne suis pas sorti, j’ai juste entiendu les tambours et les pétards tout le long de la nuit, pour Diwali le bruit était tellement fort que j’ai du sortir et la j’ai vu les fanfares avec tambours, fluttes et cornemuses. Les parades accompagnaient les idoles de Kali qui quittaeint peur Pandals et allaient pour l’iimmersion. J’ai fait un peu le tour du quartier mais je n’ai pas suivi la parade très loin car je ne voulait pas avoir plus de bruit et d’explosions et je pouvait imaginer une ambiance un peu survoltée le long du fleuve au lieu d’immersions, j’ai préféré me coucher, j’avais hate de quitter la ville et de descendre dans le sud. J’ai réservé une belle chambre avec vue sur plage et mer entre Pondicherry et Auroville, j’avais envie de ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page