2018-10 Calcutta Durga Puja

La voyage de Paris à Calcutta fut assez efficace, nous sommes arrivés tôt dimanche dans la cité de la joie. Sur le chemin pour la ville, nous nous sommes arrêtés à notre première puja Pandal, celle du club sportif Shri Boomi. Les Pandal’s sont les temples de rue construits pour l’occasion qui abritent la divinité de la puja pendant le festival. Chaque Pandal est décoré à la fois à l’extérieur et à l’intérieur. Ceux-ci peuvent être architecturaux, artistiques, traditionnels, modernes parfois futuristes et parfois un peu hors norme. Toutes les rues et les bâtiments adjacents sont décorés avec des illuminations. Les annonceurs et les sponsors sont très présents, toutes les rues sont alignées avec des affiches et des pancartes. La police de Calcutta est très présente, elle gère le flux de personnes entrant et sortant des pandals. Dans certains endroits et dans certains cas, les foules sont très grandes et denses, des files d’attente se forment alors que tous attendent de voir et de visiter le Pandal. Les visites des Pandals est une partie importante de l’activité de la Puja, c’est également un moment propice pour se retrouver et se divertir. C’est une très grande occasion pour la famille et les amis de socialiser. Cela pourrait être comparé à notre fête de Noël. La fête religieuse en elle-même dure 10 jours, mais la partie qui se déroule au Pandal dure 5 jours. La symbolique est de célébrer les 9 différents visages de la déesse Durga, la mère, protectrice, destructrice du mal et porteuse de vie. L’herbe est plantée dans les maisons et poussera très vite si le divin est présent. Les prières sont quotidiennes, le jeûne fait également partie du rituel. Chaque jour, des rituels spécifiques sont exécutés d’abord uniquement à la maison, puis également dans le Pandal. À la fin du festival, les divinités sont emmenées dans la rivière et données aux eaux saintes du Howgly, le nom du Gange donné ici à Kolkata alors qu’il termine son parcours avant de se jeter dans la mer. Après cette introduction au festival, nous avons poursuivi notre route vers la ville et notre hôtel, découvrant les divers aspects de la ville dans ses habits du festival, nous avons croisé de nombreux pandals et nous nous sommes arrêtés à quelques-uns. Une fois installés dans notre chambre, nous nous sommes dirigés directement vers la rivière et le marché aux fleurs, car il était maintenant plus de 8 heures. Le marché du matin s’achevait et je voulais rencontrer mes amis lutteurs qui terminent généralement leur entraînement à ce moment-là. Je devais les voir maintenant car pour les prochains jours, notre activité matinale consisterait à parcourir beaucoup de quartiers de la ville pour voir autant de pandals que possible. Je ne reviendrais alors probablement les voir que vers la fin de la puja. Le Puja est aussi un moment de vacances, les gens vont et viennent presque tous les soirs, alors l’entraînement à la lutte se fait probablement aussi au ralenti. Le matin est le meilleur moment pour moi d’aller voir les pandals, c’est le moment le plus calme et le plus frais de la journée, car c’est le soir que la foule, des groupes de familles et des amis assistent aux rituels plus animés et font les tournées des pandals. De plus, étant donné que Calcutta est une ville assez vaste et dense, il nous faudra la plus grande partie de la semaine pour tout voir, il ne faudra pas non plus nous limiter à la matinée, mais aussi faire une promenade dans l’après-midi. Certains soirs, je prévois aussi que nous irons assister à des rituels. Ce dimanche soir marque le début officiel des rituels du Pandal. La plupart sont maintenant terminés et prêts pour le spectacle, mais quelques-uns sont encore en train d’être terminés. Après notre visite au marché, il est l’heure de rentrer à l’hôtel, pour notre petit-déjeuner tardif et une sieste. Hier et notre nuit ont été consacrés à voyager et il y a un décalage horaire à surmonter également. Au milieu de l’après-midi, nous partons à la rencontre du neveu d’un ami fée. J’ai un cadeau de son oncle à lui offrir. Nous nous rencontrons dans le quartier de Kalighat où il nous emmène dans quelques-uns des plus grands pandals. Nous poursuivons ensuite seuls en zigzagant de rue en rue, essayant d’être efficaces dans notre tournée des pandals. Nous marcherons près de 20 km aujourd’hui, nous finissons un peu fatigués pour un dîner de pâtes léger et facile au centre-ville. De retour à l’hôtel, je m’endors très facilement et me réveille quelques heures plus tard grâce au décalage horaire. C’est le moment idéal pour écrire ces lignes. J’espère, pouvoir dormir quelques heures de plus avant de commencer le deuxième jour.

Nous avons continué à parcourir les rues de Calcuta de jour comme de nuit, et nous avons ainsi découvert de nombreux quartiers et leurs pandals. Certains offrent le même type de design et de décor mais d’autres sont très spectaculaires et originaux. Certains offrent une tribune militante et educative pour les droits des femmes, contre le gaspillage, pour se protéger de la dengue. Chaque jour de nouveaux rituels sont exécutés pour honorer la déesse. La foule est également très impressionnante, surtout pour les plus grands pandals qui attirent les foules. Le dernier jour, la déesse est sortie du pandal et transportée jusqu’au fleuve pour son immersion finale, les familles voyagent avec leur idole, ils se sont souvent colorés de poudre rouge. Les femmes mennent souvent le groupe, les tambours donnent le rythme, l’ambiance est très festive et heureuse, l’immersion est l’accomplissement du rituel, la libération et la bonne augure pour l’avenir.
Avant de quitter Calcuta pour la fraîcheur des montagnes, nous visitons la mission Ramakhrisna de Belurmath, un lieu emblématique de l’advaita vedanta et de swami Vivekananda. Nous traversons le fleuve pour nous rendre au temple de Dakshineswar, mais la foule est trop importante et les queues pour y accéder sont trop importantes. Des dernières balades le long du fleuve et un matin avec les lutteurs coturent ce séjour en ville. Demain nous prendrons le chemin de la montagne, un changement de climat, de décor et d’ambiance se profile à l’horizon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page