2015-03 Rishikesh, formation kriya yoga

8/3/2015 – le programme à venir

Hier sont arrivés trois amis de paris, deux doivent faire le même cours que moi qui se déroulera sur les deux prochaines semaines. Le troisième n’est ici que pour une semaine et suivra des cours hors de l’ashram. Des leurs arrivée l’un d’eux n’était pas au mieux de sa forme et ne semblait pas se plaire a Rishikesh. Aujourd’hui dimanche il a annoncé qu’il retournait en France dès demain et qu’il ne suivrait donc pas le cours. Ce fut un peu un choc pour les deux autres, mais au final il a pris son billet et ce sera mieux pour lui de rentrer, il a un peu craqué sur l’Inde.

Cela ne m’affecte pas trop, car il s’agissait du garçon que je connaissais le moins et demain commence donc le cours de Kriya Yoga à la sauce Parmath Niketan. Il faut savoir que le mot Kriya qui signifie ‘action’ en sanskrit a des définitions différentes suivant les professeurs et méthodes. Ici il s’agira d’une pratique de Hatha Yoga traditionnelle avec de la respiration, Pranayama, suivie de séries d’asanas, les postures et le travail physique pour préparer à une pratique statique de méditation incluant des bardas, verrous, un travail sur les chakras provenant des pratiques tantriques traditionnelles. Il y aura des pratiques de nettoyage. Cela se déroulera de 6:30 à 12:30. L’après-midi nous pratiquerons le chant védique et une autre session de travail en statique pour finir la journée vers 17h. Car à 17h30 nous sommes tenus d’assister à la cérémonie sur les bords du Gange qui est suivi d’une séance avec le Swami Puya, le patron de l’ashram. Nous devons être habillés en blanc, prendre des notes et tenir un journal au quotidien pour noter nos expériences. Nous devons maintenir le silence le plus possible. Je suis ravi de commencer ce cours qui correspond à la pratique que j’ai envie de travailler à ce moment de mon parcours de yoga.

 

14/3/2015 – Stage de Kriya Yoga – Semaine 1

Je suis resté à Parmath Niketan pour suivre un cours intitulé ‘Kriya Yoga’. Le mot Kriya en sanscrit signifie ‘action’. Ce mot est très utilisé en Yoga et sa mise en application est variée. Ici, le cours se veut très traditionnel. Il s’agit de l’association de diverses Mudras qui sont des gestes, positions de mains, de doigts, de regard, de langue, avec l’énonciation des noms des chakras, du son Om, du mantra ‘Om Sat’ dans le contexte d’une posture statique de méditation. Bien sûr sur une base de pratique respiratoire précise. Dans certains cas on ajoute des bandhas (blocages) poumons pleins puis poumons vides. Chaque kriya est différent, ils sont organisés en série et au sein de la série un kriya mène à un autre. Ils doivent donc être pratiqués dans l’ordre. Cette pratique nécessite un enseignement de maitre à élève, car seule l’expérimentation permet de comprendre, ajuster et approfondir cette technique tantrique de préparation à la méditation. Les six premiers kriyas permettent de se détacher de ses sens, les mudras sont donc liées au goût, à la vue et à l’odorat. Les six suivants permettraient d’affiner la concentration. Pour l’instant nous n’en sommes qu’au neuvième. Il y en a vingt au total. La finalité est d’atteindre automatiquement un état méditatif. Le fait d’associer trois à cinq actions occupe l’esprit, contrôle l’esprit, donne à l’esprit la possibilité de lâcher. Le premier apprentissage est celui des noms et des emplacements des chakras, la répétition continuelle et le chemin de la conscience qui vient les toucher individuellement développent en quelques jours un réel contact avec ces zones. Nous les visitons sur leur face antérieure et postérieure ce qui m’a donné une toute nouvelle dimension de ces points énergétiques et a éveillé ma conscience de ma colonne sur cet aspect.

Notre pratique commence à 6:30 avec des exercices de nettoyage et de pranayama (respiration), des échauffements, des salutations au soleil, des postures inversées. Chaque séance débute et se termine avec des chants védiques, ils accompagnent aussi la pratique de la salutation au soleil. Nous avons aussi un cours de chant l’après-midi et deux cours de Kriya ou nous pratiquons chaque kriya successivement. Pour chaque pratique de kriya, il est également nécessaire d’exécuter 3 séries de salutations au soleil. Notre pratique de Kriya est de près de 4 heures par jour.

Je suis ravi de ce cours, il correspond tout à fait à ce que je souhaitais et m’apporte un réel éveil, donnant une nouvelle dimension à ma pratique de préparation à la méditation qui se trouve extra-enrichie.

Aujourd’hui samedi, nous avons juste eu une pratique de Kriya à 6:30 et nous ne reprenons les cours que lundi. Je profite donc de ce temps pour écrire cette petite note. Je vais essayer d’utiliser mon temps de libre pour réciter et apprendre les chants, j’espère aussi pouvoir faire quelques séances de pratique sur le bord du Gange. Le temps est plaisant, il fait chaud, mais le ciel n’est pas au grand bleu, des orages sont prévus dans les jours à venir. J’ai pu me plonger rapidement dans l’eau glacée du Gange avant de sécher au soleil et de me faire masser avant un bon déjeuner au Raman Garden, un restaurant géré par un orphelinat tenu par une Américaine. La qualité de la nourriture est excellente, les légumes viennent du potager de l’orphelinat et d’un potager de montagne. Tout est 100% frais et bio.

 

26/3/2015 – La dernière semaine

Le moment est venu pour moi de clôturer ce nouvel épisode indien. Cette dernière semaine a été consacrée à la fin de mon stage de Kriya Yoga, et je confirme ce que j’avais dit la semaine passée, à savoir que ce stage était exactement ce que je cherchais et ce dont j’avais besoin pour enrichir mon parcours personnel et professionnel. La pratique s’est donc poursuivie crescendo avec l’ajout quotidien de nouveaux exercices sur les couches précédemment apprises. Cette pratique très technique de préparation à la méditation m’a permis de goûter à de vraies sensations. Par le passé, le hasard m’avait permis d’entre oir certains aspects, mais de façon furtive et non contrôlée. Par cette pratique des Kriyas, le parcours m’est maintenant disponible pour le permettre de m’adonner à un vrai lâcher-prise. Le temps est donc venu pour moi de pratiquer, car comme tout exercice, c’est nécessaire. Je ne peux pas en dire plus, car chaque personne à sa propre expérience, il s’agit avant tout d’une prise de contact avec le soi profond. Il est donc par nature unique et personnel. Il est indéniable que j’en ressens déjà les bénéfices à titre personnel. Cela aura naturellement un impact sur ma pratique du soin et des massages ou mon approche est à la fois technique, énergétique et d’une certaine façon spirituelle et bien évidemment centrée autour de l’empathie.

Au niveau de ma pratique du yoga, il s’agit d’une étape non négligeable du parcours yogique. Je me dois de pratiquer, de vivre cette pratique moi même. Il n’est pas question d’intégrer la pratique de Kriya dans une pratique de cours d’asanas traditionnels, elle n’y a pas sa place, elle se doit d’avoir son propre espace, son propre temps de pratique. La pratique d’Asanas est préparatoire. Ayant pu recevoir l’enseignement de kriya yoga par une personne telle que Mataji, mes cours d’asanas en seront naturellement influencés.

Les autres participants à cette formation étaient assez divers et variés, je ne vais pas rentrer dans le détail des personnes, car ce serait trop caricatural. Il s’agit de personnes beaucoup plus âgées que dans mes formations précédentes de yoga. Cette étape n’étant abordable que dans une phase plus mature de la pratique yogique. De plus, chaque personne est confrontée dans cette formation à un exercice de contrôle de soi, de sa parole, de son immobilité, de son vide. Nous avons tous vécu un changement, une évolution. Seul mon propre parcours est au coeur de moi, dans mon coeur, et j’espère qu’il en a été de même pour les autres. Malgré nos différences notre groupe a bien fonctionné.

Mon temps libre a été passé à me reposer, à réfléchir, à des moments de silence, au repos. J’ai aussi profité des derniers après-midi ensoleillés pour me poser au soleil, sur le sable, sur les bords du Gange.

La tristesse du départ fut contre balancée par une cérémonie du feu pour la nouvelle lune dans laquelle je suis tombé par hasard, et qui m’a valu un nouveau fil de coton au poignet. Je n’en avais pas encore reçu pendant ce séjour, et ils sont pour moi des fils qui maintiennent mon contact avec mon parcours et avec l’Inde. La bonté, l’amour et la sagesse de notre guruji, Mataji, m’a énormément touché. Il s’agit d’une none hindoue que je connaissais de vue et d’ouïe et aussi par les récits de mon ami Jules qui a suivi la formation à mes côtés et qui avait déjà reçu un enseignement d’elle. Maintenant je peux dire que je la connais en personne, que j’ai reçu son enseignement au plus profond de moi.

Maintenant, il est temps de rentrer en France, de reprendre mon activité de soins et de massages, car je suis à nouveau prêt pour cette partie de ma vie. J’ai aussi très envie de concrétiser mon projet de cours de yoga pour hommes – www.yoganu.fr – je dois trouver un lieu rapidement pour développer cette partie de mon activité. Je suis content de ce choix de nom, car il ne s’agira pas exclusivement de yoga naturiste. Pour moi le yoga est une mise à nu. Il ne s’agit pas de trouver un concept ‘à la mode’, mais bien au contraire de retirer l’aspect ‘mode’ qui existe dans beaucoup des pratiques de yoga qui habillent, et d’une certaine façon, dénaturent la pratique traditionnelle. Je veux me concentrer sur l’humain, le vrai, celui qui doit se trouver, se retrouver. Un yoga simple, un yoga fort, un yoga de sensations, un yoga nu.

Je suis content du retour, j’ai hâte de pouvoir partager, de donner et de recevoir, d’enseigner et d’apprendre, d’observer, de méditer, de vivre, d’agir et de dire au grand jour que je suis un amoureux, un grand amoureux, que ma vie personnelle et professionnelle n’a été qu’une quête d’amour et je ne vois pas comment cela pourrait changer un jour. Cela ne me rend que plus heureux à chaque nouveau battement de mon coeur.

Retour en haut de page
×